Automatiser son corps

Pourquoi peut-on se retrouver dans une situation de contemplation, lorsqu’on est en interaction avec une machine ?

Vous l’éprouvez très certainement quand vous allez le matin au travail si vous utilisez votre véhicule ou quand vous partez en congés. Il y a quelque chose de phénoménal : vous ne faîtes plus attention. Vous êtes vous-même en pilotage automatique. Et vous pouvez penser à autre chose : à votre journée, à vos rendez-vous, etc …

Ce qui veut dire que dans la manière dont globalement ou à titre individuel on interagit avec les machines et les automates, si on peut interagir avec un automate ou avec une machine, c’est parce qu’en nous-même on a automatisé quelque chose.

C’est un automatisme que nous avons intériorisé qui nous permet d’entrer en interaction avec un autre automate, et qui du coup, nous permet de faire autre chose ou de penser à autre chose. On le sait bien : en voiture, celui qui réfléchit est très dangereux. Et d’ailleurs dans la circulation, on le repère.

Déjeuner au sommet d'un gratte-ciel - 1932
Déjeuner au sommet d’un gratte-ciel – 1932

C’est aussi valable fondamentalement dans l’éducation : qu’est-ce qu’on apprend à un enfant entre cinq et sept ans quand il va à l’école ? On lui apprend à s’asseoir et à écouter la maîtresse ou le maître. Et pour ceux qui ont des enfants entre cinq et sept ans, vous savez très bien que c’est tout sauf naturel pour un enfant de s’asseoir pour écouter la maîtresse ou le maître.

Eduquer, c’est désautomatiser des automatismes (par exemple, le comportement naturel d’un enfant), pour en acquérir de nouveaux.

Et c’est parce que l’enfant a appris ce nouvel automatisme, qui est d’être assis et d’écouter la maîtresse, qu’il va pouvoir ensuite apprendre de nouveaux automatismes : lire, écrire, compter.

Chacun de ces automatismes que nous acquérons nous rend plus libre, nous éduque et nous élève. Il y a une voie naturelle pour l’apprentissage, l’acquisition, qui passe par les automatismes : nous sommes les animaux du règne animal qui développons le plus des automatismes. Et c’est d’ailleurs cela qui nous permet de nous intégrer avec les automatismes des machines.

Les golfeurs passent leur temps à faire leur swing pour automatiser leurs corps.