Bien mourir

L’euthanasie, c’est la possibilité d’éviter à chacun le spectacle de sa mort. C’est déjà bien assez d’avoir à mourir un jour. Quand on nous dit que cette mort est inéluctable, mais qu’elle est inéluctable dans un temps compté ; quand on vous dit : « il vous reste trois semaines à vivre », ce qui était le cas de ma compagne, on ne peut pas infliger cela. C’est de la cruauté. Vous savez, il y a cette phrase célèbre de Kafka qui dit à son médecin : « si vous ne me tuez pas, c’est que vous êtes un criminel » en matière d’euthanasie. Et je trouve effectivement qu’il faut poser désormais la question non plus en terme de pour ou contre, mais puisqu’elle existe, légiférons correctement.

Euthanasie veut dire bien mourir, du grec ancien ευθανασία : ευ, « bonne », θανατος, « mort ». C’est-à-dire disparaitre dans la dignité, dans la douceur, sans être en face de sa mort pendant des jours ou des mois, si on l’a décidé. L’euthanasie, c’est une possibilité. Ce n’est pas une obligation, tout comme l’avortement. Ceux qui seront contre n’auront pas à le pratiquer. Ceux qui le souhaitent pourront y recourir.

Euthanasie