Celui qui est prêt

Comment se mène l’expérience ?

En Inde il y a la notion du Adhikārī, « celui qui est prêt ». C’est l’art du gourou, de repérer le disciple qui est prêt pour des expériences plus avancées. La préparation en Inde, c’est par une vie familiale saine, par la Bhakti, la dévotion. Ça permet toute une purification émotionnelle. Et par le Hatha yoga, aussi, on entraîne son corps à supporter plus d’énergie.

Etre pret

Et après on va vers des dimensions plus subtiles : déjà, le Prāṇāyām, c’est-à-dire « guider le souffle », ensuite l’intériorisation, avant d’arriver à la « vraie » concentration, et à la « vraie » méditation.

Il faut comprendre qu’en Inde la « vraie méditation », c’est le stade avant le Samādhi. donc c’est quelque chose d’élevé. Et c’est pas dit du tout qu’on y arrive rapidement. Mais il faut quand même essayer. En général quand on dit qu’on « fait de la méditation », si on était honnête, il faudrait dire qu’on dit qu’on fait une préparation à la méditation. On fait des essais de méditations.

Il y a une bonne définition très simple de la méditation dans une Upanishad : c’est Antara Chaksu. Chaksu c’est l’oeil, et Antara ça veut dire au dedans : tourner son regard vers dedans. Alors quand on est là-dedans, on est déjà dans la méditation. Alors on peut spécifier quand même : l’introspection, la méditation, c’est vraiment regarder, sentir. On évite l’analyse verbale.

Etre-pret-2

En général on fait taire le mental verbal, par le mantra. On récite un mantra. A ce moment-là, ça fait taire le mental verbal. Ou alors on remet la pointe de la langue vers l’arrière. En paralysant l’organe du verbe, on freine le mental verbal. On se concentre aussi en yoga sur le troisième oeil, c’est-à-dire qu’on fait converger les yeux en haut et en dedans. A ce moment-là, on ralentit le mental visuel, l’imagination, l’imaginaire. Et puis on croise les jambes en lotus. Et là donc, les jambes physiquement ne peuvent plus bouger. Donc tout notre fond d’inconscient gestuel (on dit que l’esprit court, mais c’est plus que vrai). Ca freine la course de l’esprit, aussi, par la position des jambes.

A ce moment-là, il y a une sensation de freinage général.

Tous les conseils aussi de limiter les désirs, d’ascèse modérée, de voix du juste milieu, de solitude, de silence, aident à freiner le mental. A ce moment-là, donc la conscience devient alors comme un microscope, et on peut comprendre les liens entre les sensations et le mental. Et quand on comprend ce lien, on peut agir sur la racine du mental, que sont les sensations, sur la racine des émotions que sont les sensations. On peut les changer, les relaxer, les faire aller d’un endroit à l’autre. Et à ce moment-là, on a une grande maîtrise de son mental. C’est la voie du yoga, en fait, et aussi du bouddhisme.

Etre-pret-3