Je est un Autre

Je est un Autre
— Arthur Rimbaud, 1871

Dans le zen, on dit : « méditer, c’est étudier l’ego« . Et étudier l’ego, c’est l’abandonner, car justement, on s’aperçoit que l’ego est stupide : il a des calculs, il cherche son petit plaisir, il a peur des petites souffrances, donc c’est vraiment comme un âne, et la nature le fait avancer avec la carotte et le bâton. L’ego peut être dépassé sans violence. Tout comme le mental, c’est comme un enfant qu’il faut éduquer. C’est un peu la coquille qu’il y a autour de l’oeuf : la coquille donne une solidité au Soi, mais on peut la percer assez facilement. Il suffit de passer par derrière, et de voir la stupidité de l’ego.

Il y a une méditation bouddhiste très simple, où l’on désigne ses activités mentales : avidité, colère, désir, peur, jalousie … Et si on numérote par ordre de fréquence, on s’aperçoit qu’en 1, 2 ou 3, on a pratiquement 90% de notre activité mentale.

Bond of Union - Maurits Cornelis Escher, 1956
Bond of Union – Maurits Cornelis Escher, 1956

Pour arriver à la spiritualité, ne faut-il pas être passé par la psychologie amenée jusqu’à ses propres limites ? C’est-à-dire qu’au moment où elle se rend compte qu’il y a quelque chose au-delà de l’ego, et de ce point de vue-là, on est obligé de faire un saut ?

Un voyageur perd ses amis au fond d’une vallée remplie de forêt. Il appelle, et entend un cri qui arrive du sommet de la montagne. Il monte au sommet de la montagne, sûr d’y trouver ses amis, mais n’y trouve personne. De nouveau il appelle, et entend un cri au fond de la vallée. Il se précipite au fond de la vallée espérant y trouver ses amis, mais n’y trouve personne. Et ainsi de suite. C’est le grand problème de l’introspection analytique : on est dans les échos de son mental. Il faut avoir une franche idée qu’il y a un au-delà du mental, pour désirer le dépasser.

René Magritte - Les Liaisons Dangereuses - 1935
René Magritte – Les Liaisons Dangereuses – 1935