La bienveillance aimante


Les fermiers sans expérience jettent leur fumier et achètent de l'engrais aux autres paysans, alors que le cultivateur averti récolte et amasse son propre fumier malgré la puanteur et le sale travail, et que lorsqu'il est prêt à être utilisé, il le répand sur sa terre pour tirer de là sa moisson.

Telle est la méthode habile.

Et le Bouddha dit exactement de la même manière que ceux qui ne savent pas s'y prendre, les maladroits, veulent séparer le pur et l'impur et s'efforcent de rejeter Samsâra pour chercher Nirvâna, tandis que ceux qui sont d'habiles Bodhisattvas ne veulent pas se débarrasser du désir, des passions et de tout le reste, mais au contraire recueillent et amassent tout cela ensemble.

C'est-à-dire qu'il faut premièrement les reconnaître et les admettre, puis aussi les étudier et les amener à la réalisation.

Donc celui qui aspire à l'Eveil reconnaîtra et acceptera toutes ces choses négatives. Et il sait réellement, cette fois, qu'il y a en lui du nauséabond et qu'il n'y a pas moyen de faire autrement pour commencer, même s'il paraît difficile et peu ragoûtant de travailler dessus. Par la suite, ce sera le fumier qu'il pourra répandre sur le champ de la bodhi. Car, le moment venu, ces concepts et toutes ces choses négatives ayant été examinés, analysés, il n'y a pas à les conserver plus longtemps mais à les éparpiller, les étaler et les utiliser comme fumure.

Ainsi naîtront d'éléments impurs la semence et le grain de la réalisation

Il y a deux pratiques fondamentales : la pratique de la méditation de la pleine conscience, mais il y a aussi la pratique de la bienveillance aimante qui est tout aussi importante. En Occident, on connait moins cette dernière, mais à mon avis, on n’arrivera pas à comprendre le sens de la méditation, si on ne lie pas les deux ailes du même oiseau. Au fond, c’est à peu près deux choses qui sont en miroir l’une de l’autre.

Si lorsqu’on revient au moment présent par la méditation et que ce moment présent n’est pas ample, bienveillant, tendre, alors on n’a pas vraiment compris ce qu’est le moment présent. On en a une idée très abstraite.

La bienveillance aimante consiste à découvrir cette dimension chaleureuse de la présence.

La méditation, en nous ramenant au moment présent, apaise les tensions. Et donc, il y a un élément de capacité à être accueilli entièrement comme nous sommes. Et la bienveillance, c’est ce mouvement-là.

Bienveillance