La guérison psychique

Pour dire la vérité, je n’aime pas beaucoup le terme de guérison, parce que la guérison, qu’est-ce que c’est ? L’Organisation Mondiale de la Santé la définit ainsi : je suis infecté par un virus, on me soigne, je reviens à l’état antérieur. Pour Jung, il est évident qu’une véritable guérison, si on se sert de ce terme, tient à la transformation intérieure, qu’est celle de l’individu. Ce n’est pas revenir à l’état antérieur, c’est l’avoir dépassé.

On voit très bien comment Jung revient à de très vieux motifs anthropologiques : d’une certaine manière, on ne se « guérit » que si à travers l’épreuve, on a découvert quelque chose de nouveau et en même temps de plus profond en soi. Il ne s’agit pas de revenir à une espèce d’adaptation à la société, comme nous l’avons tous bâti plus ou moins au cours de la première partie de notre vie, mais au contraire d’avoir découvert quelque chose qui est de l’ordre d’une vocation intérieure.

Extrait d’une série d’émissions « A vue d’esprit » dédiées à Carl Gustav Jung

Carl Gustav Jung