La légitimité

Lorsque mon livre « Le défi positif » est paru au mois d’Octobre 2011, je me suis demandé : « Où as-tu été chercher l’énergie pour écrire des livres aussi documentés que les trois derniers ? » A savoir ‘la solution intérieure‘, qui parlait d’une vision élargie de la médecine, intégrative, en allant chercher le meilleur de toutes les approches thérapeutiques, et puis ‘la maladie a-t’elle un sens ?‘, qui parlait d’une vision élargie de la maladie, en s’adressant à la multi-dimensionnalité de l’être, sans tomber dans le piège du psychologisme, où on finit par croire que tout est psychologique. ‘Le défi positif‘, qui parlait d’une vision élargie du bonheur, de la bonne santé, et qui était sous-titré : « Enquête au-delà des croyances ». Et je me suis dit : « Ce sont des livres qui t’ont pris à chaque fois dix ou quinze mois d’écriture. « Où ai-je été cherché l’énergie pour trier ces 700 ou 800 références, philosophiques, scientifiques, spirituelles et autre, et en faire quelque chose de lisible par à la fois des gens avertis et des gens qui le sont beaucoup moins ? » C’est vraiment un immense travail.

Dans ta recherche de légitimité

Si je me suis donné tant de peine pour écrire ces trois livres-là, c’est parce que, quand j’ai démissionné de l’hôpital où j’étais chirurgien, j’ai « jeté » à la poubelle tout ce qui faisait ma légitimité : une réputation, un diplôme, une compétence …

Pendant toutes ces années, j’ai tenté de retrouver de la légitimité, déjà à mes propres yeux, et puis aux yeux des gens avec qui j’avais envie de m’entretenir. Et c’est passé par ces livres, très documentés, ancrés dans la réalité scientifique, parce que je ne voulais pas vivre comme un schizophrène. C’est-à-dire que je ne voulais pas renier mon passé et ma culture, ancrés dans le scientifique, et puis toutes ces belles intuitions de la philosophie, de la spiritualité, que j’ai redécouvertes ces dernières années. Et je ne voulais pas vivre dans deux mondes qui ne se parlent pas, écartelé entre les deux. Il fallait créer un pont entre les deux. Et clairement, mon ambition était de jeter des passerelles, pour qu’on puisse comprendre que la science peut très bien parler de spiritualité, et inversement, et l’une et l’autre peuvent très bien s’enrichir.

Parce que cela ne parle jamais que d’une seule chose : de la vie et de l’être humain que nous sommes.


Extrait d'une série d'émissions "A vue d'esprit" Guérir l'âme en soignant le corps :
      1 - Donner du sens à la maladie
      2 - Renouer avec la santé
      3 - Thierry Janssen, un médecin en quête de sens
      4 - De la psychanalyse à la spiritualité
      5 - Réveiller le médecin intérieur

Le pont des Arts – entre le Louvre et les académies françaises