La liberté humaine

L’esprit critique, qui me permettrait de me dégager de choses qu’on m’imposerait, de normes qui s’imposeraient à moi, d’une dictature qui voudrait contrôler ce que je suis, autrement dit … existe-il une dimension qui donne à la liberté une dimension neurologique ?

Oui, oui. La maladie d’Alzheimer, c’est une maladie qui ne touche pas que la mémoire, mais qui touche un système, appelé système de projection. La liberté, c’est aussi la capacité à s’extraire de l’ici et maintenant.

Le-liberte-humaine

Cette capacité est offerte par un réseau cérébral, qui nous permet de voyager dans le temps, de voyager dans l’espace, mais de voyager même dans l’esprit d’un autre : quand je parle avec vous, j’essaie de sauter dans votre esprit, pour simuler ce que vous allez penser : pour savoir si vous me mentez, si vous êtes intéressé … l’empathie.Ce système, c’est la clé de la liberté humaine. En tout cas, il y a souvent ce système-là, où l’on veut poser le concept de liberté. Et on peut le localiser.

empathie

Peut-on localiser l’esprit critique dans le cerveau?

Il y a des travaux qui montrent que le cortex pré-frontal, celui qui est juste derrière notre front, joue souvent, notamment dans l’hémisphère droit, un rôle d' »agent critique », de « vérificateur », qui nous permet de savoir jusqu’à quel point, ce qu’on est en train de penser, est complètement à côté de la plaque, et qu’il faut changer d’option.

Le délire

Dans le délire, il n’y a souvent pas qu’un seul problème mais deux. Il y a un premier problème qui fait qu’il se passe un truc particulier dans le cerveau. Et le deuxième problème, c’est que votre « agent critique », quand il ne fonctionne pas, ne vous permet plus de critiquer son contenu.

Une des différences entre le rêve – qui est un état de conscience – et l’état éveillé conscient, c’est que nous acceptons dans le rêve de prendre pour vrai des contenus mentaux, que nous aurions révoqués dans la réalité.