La mémoire de l’avenir

De quoi souffre un amnésique ?

Après tout, le bon sens serait de se dire : « le passé est tellement embarrassant. Y’a tellement de choses dont on voudrait se débarrasser, que lorsqu’on a la chance d’être amnésique, on va pas aller râler en plus ! » C’est ce que souhaiterait la plupart des gens. Et bien non, cela ne se passe pas comme cela, parce que, sans aller jusqu’aux gens qui sont atteints de la maladie d’alzheimer, on observe qu’un amnésique, c’est quelqu’un qui souffre de ne pas se souvenir de ses projets.

Chacun d’entre nous peut en faire l’expérience : vous êtes dans une pièce. Vous décidez d’aller dans la pièce à côté pour y chercher quelque chose. Et quand vous êtes arrivé dans la pièce à côté, vous ne vous savez plus ce que vous êtes venu y faire. Vous avez oublié votre projet. C’est ça qui est douloureux. Vous descendez dans la rue pour y faire les courses, et vous ne savez plus pourquoi vous êtes dans la rue. C’est la mémoire de l’avenir qui vous fait défaut.

Et c’est bien en cela que passé, présent et avenir sont noués de façon très serrés l’un à l’autre, et que effectivement, se priver du passé, c’est se priver de l’avenir.

Alors, il y a des gens qui le vivent très très bien, et c’est tout à fait contemporain. C’est-à-dire que c’est la façon de vivre de beaucoup de gens aujourd’hui, qui vivent très très bien en étant dans l’hic et nunc : c’est ici et maintenant, point. Y’a pas de passé, y’a pas d’avenir, donc on peut jouir du temps présent sans se préoccuper de savoir quelles conséquences cela aura éventuellement sur la descendance. Etre totalement insouciant de ce qui a fait que vous êtes devenus ce que vous êtes devenus.