La mort est trop précise pour être quantique

Quantique est synonyme de fluctuant. Le vide est tremblant même s’il n’est pas caressé par le vent. Un peu comme le pendule : si on fait valoir le principe d’incertitude d’Heisenberg, un pendule ne peut pas être éternellement au repos pour la raison toute simple que le principe d’incertitude l’interdit : en d’autres termes, il ne peut pas avoir une position fixe en même temps qu’une vitesse nulle.

La meilleure illustration du vide est celle-là : le pendule ne peut pas être au repos. Il vibre imperceptiblement. L’incertitude au sens de la Physique Quantique donne vie au pendule. Il ne peut pas être complètement au repos. L’immobilité de la mort n’appartient pas à la mécanique quantique. Ca veut dire que la mécanique quantique a un élément — j’allais dire presque — de vie, d’éternité ou de création permanente. Donc cela remet en cause la genèse Ex nihilo, puisqu’il n’y a pas de néant. Et cela remet en cause la mortalité absolue, parce que la mort est trop précise pour être quantique.

Le lien fait entre vide et éternité, c’est celui découvert en constatant qu’il y a toujours eu au moins du vide quantique, l’Univers remplie de matière — disons — réelle, n’étant qu’une succession d’épisodes engendrés par des fluctuations du vide.

Donc l’élément créateur, c’est le vide. Le vide est créateur de l’espace.

Et donc le vide est la meilleure approximation de Dieu en physique.

La-maison-Diev-Footer

C’en est d’ailleurs l’anagramme :   VIDE ~ DIEV

Mais la différence définitive est d’une importance capitale : le Vide est capricieux et n’a aucune intention, puisqu’il est quantique, et donc fluctuant.

La-maison-Diev