La question du présent

La théorie de la relativité ne rend pas compte de la présence du présent, ni n’explique ce que l’instant présent peut avoir de si spécial par rapport aux autres moments du temps. Et donc, on pourrait que, pour affronter la question philosophique qui est posée, il faudrait que la physique soit capable d’affronter la question du présent, ce qu’elle peine à faire même s’il y a aujourd’hui énormément de tentatives qui sont menées.

Le philosophe Rudolph Carnap rend visite en 1954 à Einstein, alors que ce dernier était en pleine forme, un an avant sa mort : « Un jour que je lui rendis visite, Einstein me dit que le problème du maintenant (ou problème du présent) le tracassait sérieusement. Il m’expliqua que l’expérience du maintenant (du présent) a pour l’Homme une signification spéciale, qui la différencie radicalement de celle du passé et du futur, mais que cette différence ne peut être mis en évidence au sein de la physique. »

Einstein comprend que l’expérience du présent est très particulière, et que la physique ne rend pas compte de cette particularité.

« Que cette expérience ne puisse être prise en charge par la physique lui semblait aussi navrant qu’inévitable. Je lui fis remarquer que tout ce qui a objectivement lieu devrait pouvoir être décrit par la Science : d’un côté la succession temporelle des événements par la Physique, de l’autre l’expérience particulière que l’Homme a du temps, y compris ses appréhensions différentes du passé, du présent et du futur, qui devrait pouvoir être décrite par la psychologie. »

La physique doit s’occuper de la succession des événements. La psychologie doit comprendre comment le cerveau les perçoit. On sépare les choses.

« Mais Einstein pensait que les descriptions scientifiques ne sont pas faites pour combler nos attentes d’êtres humains, qu’il y a quelque chose d’essentiel à propos du présent (ou du maintenant) qui demeure en dehors du domaine de la Science. »

Einstein a 77 ans. On sent que ça cliquette encore bien là-haut :)

Geological_time_spiral-1

Geological_time_spiral-2

Ce qui dit là Einstein, c’est ce qu’il dit en gros à Bergson en 1922 : en fait, il n’a pas changé d’avis, mais il prend d’avantage conscience de la gravité du problème : il n’attend rien de la psychologie. Cette singularité que nous accordons à l’instant présent, n’a pas d’objectivité. On est constamment dans l’illusion qu’on vit dans un instant important, parce qu’on y est présent, mais en fait, il est vraiment comme les autres.

Geological_time_spiral

Etienne Klein : Le temps est-il un cas de conscience ?