La rationalité

Le doute est un élément central de la rationalité. Mais peut-être peut-on pousser plus loin encore, en interrogeant ce qu’est la rationalité, et c’est là que ça devient un peu compliqué, parce que le terme de rationalité est à mon sens un peu trop souvent invoqué comme une sorte de fétiche, parce que finalement, nous sommes tous les irrationnels de nos ennemis : personne ne défend une idée au nom de son irrationalité.

Je discute avec par exemple des fondamentalistes religieux — ce n’est pas exactement ma tasse de thé dans mon rapport au monde — et je remarque qu’ils défendent leurs idées au nom de la rationalité. Donc je crois que le critère de rationalité est absolument non-opérant : tous les systèmes du monde, aussi ubuesques puissent-ils nous apparaitre d’un point de vue philosophique ou mathématiques ou physique ou philologique … , vivent comme entièrement rationnels.

Donc il faut faire attention, parce qu’il n’existe pas de meta-critères de rationalité. Moi je crois qu’il existe différentes formes de rationalité, et là encore, je ne dis pas qu’elles se valent toutes : il est de notre droit et peut-être même de notre devoir de choisir. Mais il me semble que ce choix peut être opéré pour des raisons parfois davantage esthétiques que logiques.