Le cerveau

Qu’est-ce qu’un cerveau ?

La première tentation est de dire que le cerveau est un dispositif de traitement de l’information, au sens de la théorie de Shannon qui a bien défini ce que c’est qu’une information. Ça n’est pas forcément un ordinateur, en tout cas ce serait un peu trompeur, car ce n’est pas un ordinateur au sens classique du terme, c’est-à-dire un ordinateur de Von Neumann, qui dispose d’un seul processeur central, qui traite l’information de façon séquentielle.

Le cerveau a ceci de particulier, qu’il dispose de plusieurs centaines de millions d’unité de calcul, qui sont les neurones ou les colonnes de neurones. C’est comme si un ordinateur avait plusieurs milliards de processeurs en même temps. Pour ce qui est de reconnaître des visages ou des images complexes avec par exemple des ombres, le cerveau est encore le meilleur dispositif. C’est un dispositif particulièrement efficace pour le calcul parallèle et les inférences statistiques.

Le cerveau humain va au-delà du simple traitement de l’information, dans la mesure où il n’est pas soumis au monde extérieur. La notion de traitement de l’information donne l’impression que c’est un système entrée / sortie : on prend des entrées sur la rétine ou dans les sens, et il va générer des réponses. C’est une vision réflexe.

Or le cerveau fonctionne au moins autant dans le sens inverse : en l’absence d’entrée, même dans le noir, le cerveau génère en permanence des anticipations, des pensées, des buts. Le cerveau a une activité autonome, et ça, ça le rend très différent d’un ordinateur conventionnel.

Le cerveau ne s’arrête jamais, ne plante jamais, ne se repose jamais parce qu’il n’a plus de fichiers à traiter. Il y a toujours une activité spontanée qui se déroule, et qui fait du sens en permanence, non seulement du monde extérieur mais aussi des objets de mémoire, des objets internes au cerveau.

Et même durant le sommeil, la plupart des gens pensent qu’on ne pense plus à rien lorsqu’on s’endort et le cerveau s’arrête, ce n’est pas du tout le cas. Le cerveau est extrêmement actif pendant le sommeil, et nous pensons maintenant que le sommeil fait partie absolument intégrante de cette algorithme d’apprentissage statistique : pendant le sommeil, notre cerveau consolide ces apprentissages. C’est peut-être le rôle essentiel du sommeil, de permettre de consolider les apprentissages. Quand on se réveille le matin, notre cerveau n’est pas dans le même état que lorsque nous nous sommes endormis la veille. Nos compétences ne sont plus les mêmes : nos compétences se sont améliorées.

Bea-Sniper - Inner Thoughts
Bea-Sniper – Inner Thoughts