Le choix

Il ne faudrait pas croire pour autant que la conscience a toujours la bonne réponse, et le non-conscient la mauvaise. Souvent c’est l’inverse : le non-conscient a plus d’informations. Comme le conscient est une synthèse, il rassemble. Mais comme il a une capacité limitée, souvent il néglige une information pour se focaliser sur une autre. On a pu montrer en particulier que le non-conscient fait des calculs statistiques extrêmement élaborés. Il calcule essentiellement la probabilité de tout les états du Monde extérieur, et le conscient échantillonne parmi ces probabilités et nous donne à voir l’une des possibilités, peut-être la plus probable. Si on demande une deuxième fois, si on attend un certain temps, la conscience va voir la deuxième possibilité, la troisième … qui elles sont toutes présentes dans les calculs du non-conscient.

L'ascension du Christ - Salvador Dali - 1958
L’ascension du Christ – Salvador Dali – 1958

La rivalité binoculaire

C’est comme cela qu’on explique la rivalité binoculaire : on présente une image à chaque oeil : une image d’un visage à l’oeil gauche, une image d’animal à l’oeil droit. Que fait le cerveau ? Il ne voit jamais les deux en même temps : vous allez voir le visage pendant trois secondes, puis va apparaître l’animal pendant deux ou trois secondes. Ca va alterner, tout simplement parce que le cerveau conscient ne nous donne à voir qu’un seul échantillon, tandis qu’on peut montrer qu’en permanence dans toutes les aires visuelles, les deux calculs ont été faits. Les deux résultats sont disponibles et vont alterner dans notre conscience.