L’enthousiasme

Il y a une autre façon de manifester la créativité, qui vient à ceux qui restent fidèles à la raison d’être intérieure de leur éveil. Soudain, un jour, ils savent ce qu’est leur raison d’être extérieure. Ils ont une grande vision, un grand objectif. À partir de là, ils travaillent à réaliser cet objectif. Leur vision ou leur objectif est habituellement relié d’une façon ou d’une autre à quelque chose qu’ils font et aiment déjà faire à une plus petite échelle. C’est ici qu’entre en jeu la troisième modalité de l’action éveillée, l’enthousiasme.

Nouvelle-Terre

L’enthousiasme est là quand vous prenez un profond plaisir à faire ce que vous faites et que vous avez aussi un objectif ou une vision. Quand la vision vient se rajouter au plaisir de ce que vous faites, la fréquence de votre champ énergétique change. Un certain degré de ce que nous pourrions qualifier de tension structurelle vient s’ajouter au plaisir, qui se transforme en enthousiasme. Au summum de l’activité créatrice alimentée par l’enthousiasme, il y aura une énorme intensité et une puissante énergie. Vous aurez l’impression d’être une flèche qui se déplace vers sa cible et qui apprécie chaque instant de son déplacement.

Aux yeux de l’observateur, il semblera que vous êtes sous l’effet du stress, alors que l’intensité de l’enthousiasme n’a rien à voir avec le stress. C’est lorsque vous cherchez plus à atteindre votre but que de faire ce que vous êtes en train de faire que le stress s’empare de vous. L’équilibre entre le plaisir et la tension structurelle se perd et cette tension prend le dessus. La présence du stress signale habituellement que l’ego est revenu et que vous vous coupez du pouvoir créatif de l’univers. À la place, il n’y a que la force et les efforts du désir. Il vous faut donc être combatif et acharné au travail pour réussir.

Le stress réduit immanquablement aussi bien la qualité que l’efficacité de ce que vous faites. Il y a un lien très fort entre le stress et les émotions négatives, comme l’anxiété ou la colère. Le stress est toxique pour le corps et actuellement reconnu comme une des principales causes des maladies dites dégénératives, entre autres, le cancer et les maladies cardiaques.

Contrairement au stress, l’enthousiasme possède une fréquence énergétique élevée, qui entre en résonance avec le pouvoir créatif de l’univers… Avec de l’enthousiasme, vous découvrirez que vous n’avez pas besoin de tout faire tout seul. En fait, il n’existe rien de significatif que vous puissiez faire tout seul. L’enthousiasme soutenu suscite une vague d’énergie créatrice et tout ce que vous avez à faire, c’est vous laisser porter par cette vague.

L’enthousiasme confère une énorme puissance à ce que vous faites, faisant ainsi que ceux qui n’ont pas accès à cette puissance restent bouche-bée devant vos réalisations et les associent à ce que vous êtes… Alors que le vouloir propre à l’ego crée une opposition directement proportionnée à l’intensité de son vouloir, l’enthousiasme ne crée jamais d’opposition. Sa nature n’est pas de confronter ni de créer des gagnants et des perdants.

décrocher la lune

Il est fondé sur l’inclusion, pas sur l’exclusion. Il n’a pas besoin d’utiliser et de manipuler les autres parce qu’il est la force de création elle-même et n’a donc pas besoin de se sustenter d’une énergie provenant d’une source secondaire. Le vouloir de l’ego essaye toujours de prendre à quelqu’un ou à quelque chose. L’enthousiasme donne à même sa propre abondance. Et quand il rencontre des obstacles sur son chemin, il n’attaque jamais mais en fait le tour ou laisse l’énergie d’opposition se transformer en énergie d’aide. Il laisse l’ennemi se transformer en ami.

Enthousiasme et ego ne peuvent co-exister, car l’un sous-entend l’absence de l’autre. L’enthousiasme sait où il va, mais en même temps, il ne fait qu’un avec le moment présent, la source de sa vitalité intérieure, de sa joie et de sa force.

L’enthousiasme ne veut rien parce qu’il ne lui manque rien. Il fait un avec la vie et quel que soit le degré de dynamisme qu’il confère aux activités, vous ne vous perdez pas dans ces dernières. L’enthousiasme reste toujours un espace quiet mais cependant intensément vivant au centre de la roue, un centre de paix au sein de l’activité, paix qui est la source de tout ce qui est et qui reste intouché par tout ce qui est.

Par l’enthousiasme, vous vous alignez totalement sur le principe créateur de l’univers, sans vous identifier à ses créations. Là où il n’y a pas identification, il n’y a pas attachement, une des grandes sources de souffrance. Une fois qu’une vague d’énergie créative est passée, la tension structurelle diminue de nouveau et la joie reste dans ce que vous faites. Personne ne peut être enthousiaste de façon permanente. Alors, une nouvelle vague d’énergie créative arrivera peut-être plus tard, avec encore de l’enthousiasme.

Une fois que le mouvement de retour vers la dissolution de la forme s’enclenche, l’enthousiasme ne vous est plus utile. Il appartient uniquement au cycle d’expansion de la vie. Seul, le lâcher-prise vous permet de vous aligner sur le mouvement de retour, sur le retour au bercail.