Liberté

Si on n’est pas un génie, un Mozart de la spiritualité, on a besoin de quelqu’un qui nous enseigne, qui nous guide, que vous l’appeliez un instructeur, un éducateur, un moniteur, un guru ou un maître spirituel. Voilà ! Je me tourne vers un expert en violon parce que je voudrais apprendre à jouer du violon.

Arnaud Desjardins

Néo et l'Oracle - Matrix
Néo et l’Oracle – Matrix

La spiritualité, c’est un autre nom pour l’indépendance. Dépendre de quelqu’un ou de quelque chose, c’est s’éloigner du bonheur. Quand vous êtes en état de dépendance, vos mouvements sont limités. Vous restez confiné dans un espace étroit. Si vous êtes esclave de vos désirs, vous ne pouvez pas être heureux et libre. Votre bonheur dépend de la satisfaction de vos désirs. Ce qui est souvent impossible et vous fait souffrir. Mais si vous êtes maître de vos désirs, vous pouvez les satisfaire quand c’est possible, les refréner s’il n’y a pas de possibilité de les satisfaire. Ainsi vous serez heureux.

Une nation esclave ne peut pas être heureuse. Sa joie dépend des miettes de pain lancées par ses maîtres. Mieux vaut être libre et partager le repas d’un pauvre homme que d’être esclave nourri de mets délicieux. La spiritualité ne consiste pas à porter une robe couleur safran, ni à se couvrir de cendres, … La spiritualité dépend de la réalisation de la futilité des plaisirs des sens, de la réalisation que ces plaisirs sont fuyants et grossiers, le contraire du vrai bonheur qui est intense et durable. Croire en Dieu, fréquenter les temples ne confère aucune spiritualité.

La spiritualité c’est la conduite juste et non la croyance en des superstitions, qu’elles soient modernes ou anciennes. Mais, même quand vous êtes libre, vos mouvements peuvent être limités. Votre liberté commence où s’arrête celle d’autrui. La liberté n’est pas la licence. Il faut utiliser sa liberté en tenant compte des droits des autres. Car ils sont eux aussi indépendants et ils ont leur liberté de mouvements. En cas d’affrontement, il y aura des disputes et des difficultés pour tout le monde. La liberté de chacun doit s’exercer avec circonspection et attention. Quand vous exercez votre liberté, vous devez vous assurer que vous ne violez pas le territoire d’un autre, que vous ne lui marchez pas sur les pieds.

La spiritualité est une attitude d’esprit. Ne dépendre que de soi, c’est cela la spiritualité.

Comment s’affranchir de la dépendance vis-à-vis d’autrui ? Tout est fonction de la réalité de l’autre. Si vous lui concédez une existence, vous ne pouvez pas ne pas lui reconnaître ses droits. Essayez de voir et de sentir ce qui est et non d’attendre que les choses soient comme vous aimeriez qu’elles soient. Cette attente est la tragédie de la vie humaine.

Swâmi Prajnanpad