Ne penser à rien

Ne penser à rien est plus énergivore pour le cerveau que de penser. Ceci explique que ce n’est pas facile.

Que fait exactement le cerveau lorsque nous sommes inactifs ? Il s’occupe de lui-même, de son monde intérieur, indépendamment des stimulations externes. Ainsi, le réseau par défaut s’active chez des personnes en train de se détendre, de dormir, ou ayant reçu des sédatifs, voire plongées dans le coma. Rêves éveillés, sommeil et coma ont en commun l’absence d’entrées sensorielles issues du monde extérieur. On s’accorde néanmoins sur l’existence du réseau par défaut [le réseau des régions cérébrales actives en période de repos]. Loin d’une simple fonction de base que lui attribuait M. Raichle [neuroscientifique], il participerait à des tâches complexes, tel le changement mental de perspective. Il n’entrerait cependant en action que lorsque nous pouvons nous le permettre, notamment lorsque nous nous sentons en sécurité et n’avons plus besoin de réagir à des stimulations externes.

— Cerveau & psycho « Ne penser à rien »