Perdre la mémoire, gagner l’ordre humain

Aujourd’hui, où nous avons sur la Toile, la totalité de l’information, autant que la Grande Bibliothèque plus Wikipedia …, nous n’avons plus besoin de mémoire. Nous n’avons plus de mémoire. Nous avons perdu la mémoire. Vous n’avez plus du tout de mémoire. Comment se fait-il qu’une faculté dont on vous a dit qu’elle était essentielle au cerveau humain, a une histoire telle qu’on peut en mesurer la disparition ? Qu’avons-nous perdu ? La mémoire. Qu’avons-nous gagné ?

En revenant sur l’Histoire, on s’aperçoit que c’est précisément parce qu’on avait perdu la mémoire à la Renaissance, qu’on a pu inventer les Sciences Physiques. On n’avait pas besoin de savoir par coeur la vieille doxographie sur les physiciens.

C’est parce qu’on a pu perdre tel type de mémoire, qu’on a été libéré de l’écrasante obligation de se souvenir. Etant libéré de l’écrasante obligation de se souvenir, alors il se trouve que les neurones étaient libres de faire telle ou telle activité nouvelle. Et voilà donc la différence qu’il peut y avoir entre perdre et gagner : perdre dans l’ordre du reconnaissable, du formaté, du formatable, et gagner dans l’ordre inventif, indéfini, sans but précis. Bref, l’ordre humain.

Le texte de la conférence : Michel Serres – Les nouvelles technologies – révolution culturelle et cognitive (2007)