Pourquoi s’accroche-t’on à sa souffrance ?

Quand la joie nous est proposée, pourquoi s’accroche-t’on avec autant de force à ces choses qui sont des sources de souffrance et peut-être encore pire que la souffrance, de voiles sur la vérité ?

Par la souffrance, on se sent beaucoup exister. Il est plus facile d’être malheureux qu’heureux. Je crois qu’il est plus facile d’aller vers ce qui nous fait sombrer que ce qui nous fait grandir, parce que la lumière est difficile. Cela demande un travail et une éthique personnelle de vie quotidienne. Sans ce travail, sans cette maîtrise du mental, forcément on reste dans la souffrance. Cela demande un travail personnel sur soi-même immense qu’on n’est pas toujours prêt à faire.

Scrat