Rationnel contre émotionnel : le déchirement

Internet, c’est avant-tout un outil communautaire. C’est quelque chose qui permet de gérer les relations avec les autres. Alors, pourquoi ? Et bien justement, on est 7 milliards, mais surtout, on passe notre journée à interagir. Internet n’est pas la cause, Internet est le remède. Internet est quelque chose qui permet finalement de fluidifier et de nous aider à gérer un collectif.

Si je voulais résumer Internet en une phrase, c’est ce qui permet de passer d’une somme d’intelligence individuelle à une intelligence collective. Maintenant, ce qui est intéressant, c’est qu’Internet est un réseau neutre, c’est-à-dire qu’Internet véhicule ce que l’on y met : on y met de la laideur, Internet véhicule de la laideur. On y met de la beauté, cela véhicule de la beauté. On y met de l’intelligence, cela véhicule de l’intelligence.

Un des grands travers de notre monde, à mon avis, c’est qu’on déchire les gens entre le rationnel et l’émotif. Par exemple, on demande à un médecin d’être à la fois empathique, mais également compétent. J’ai vu souvent des managers dire à leurs salariés : « t’es un mec génial, t’es fabuleux, t’es extraordinaire, bien sûr, je ne t’augmente pas ». D’un seul coup, le signal que reçoit par le canal rationnel est l’antithèse que l’on reçoit par le canal de l’émotionnel. Et ça, ça fabrique des schizophrènes. Comme je dis toujours, plaquer Internet sur une hiérarchie, et vous allez fabriquer des schizophrènes. Un des grands débats aujourd’hui, c’est de se réconcilier soi-même. Et ce qui est intéressant avec Internet, c’est que c’est quelque chose qui véhicule le tout.

Gollum et son précieux