Réorganiser le cerveau

Comment ça marche ?

Les conditions corporelles de l’idéalisation

Je pense qu’il faut poser cette question en invoquant la nouvelle science. J’écris tous mes livres sur un vélo, ou dans des circonstances de motricité. En pédalant, cela produit des idées. Dans des circonstances comme celles-là, comment puis-je me réorganiser ? Quand je pédale sur mon vélo, je m’enregistre, et en me réécoutant grâce à mon magnétophone, j’écris dans mon cerveau.

Je lis mon cerveau, je l’interprète.

Des fois, je lis mon cerveau, mais comme mon cerveau n’est pas fiable, je réécoute ce que j’avais enregistré sur mon vélo, qui réactive mes neurones, mes circuits synaptiques. Et du coup, je réinterprète (je me dis : « Ah non, là c’est une connerie … »), et donc ça réécrit dans mon cerveau.

Donc j’écris dans mon cerveau.

Et c’est pour cela que j’affirme que le cerveau est un livre. Réellement. Il faut le prendre au sens fort, réellement. Ce n’est pas du tout une métaphore. ll faut prendre l’écriture dans un sens très concret du terme, très empirique.

Nous réorganisons sans arrêt.


Dernières minutes de la discussion Ars Industrialis du 16 août 2013