Vérité

Tant qu’on a encore le sentiment d’avoir le choix, quelque part, c’est qu’il y a quelque chose qu’on n’a pas encore trouvé dans le matériau musical lui-même. C’est-à-dire qu’il y a des relations qu’on n’a pas encore vécu. C’était une injonction très fréquemment adressée aux musiciens par Sergiu Celibidache : « Ne lisez pas, entendez, écoutez ! » La dernière instance qui décide, c’est ce que nous entendons.

Vinyl

C’est pas ce qui est écrit. Ce qui est écrit, à un moment, il faut s’en détacher. D’où sa pratique depuis des décennies à faire toutes ses répétitions sans partition y compris pour des compositions de musique contemporaine extrêmement élaborée. Toujours. Et capacité à réagir à ce qui sonne, et à faire tout ce travail de répétition par rapport à ce qui sonne hic et nunc, ici et maintenant, dans cette situation qui n’est pas comparable à aucune autre. Et donc, ce qui est difficile à comprendre pour notre culture philosophique et scientifique, c’est qu’il y a une vérité sans alternative, qui est unique. C’est-à-dire qui est propre à chaque situation singulière.

Vinyl-feature2

Et si dans cette situation singulière, je passe à côté de cette vérité, je ne peux ensuite refaire pour que, ce coup-ci, cela aille mieux, parce que la deuxième fois, ce ne sera pas déjà la même situation. Nous sommes des êtres humains, donc nous ne sommes pas capable de répéter à l’identique.

Philosophies.tv : Sergiu_Celibidache, la musique n’est rien